Bande FamilleNew1

Alsace / Lorraine 1648 - 1802

PREAMBULE :

La fin du XVIème et le XVII ème siècle furent une période de rattachements progressifs des territoires qui forment actuellement ce que l’on nomme l’ALSACE et la LORRAINE.

La tâche fut particulièrement longue et difficile du fait de la multitude des situations et des appartenances politiques en place depuis quelquefois plusieurs siècles (Royaume de France, Saint-Empire Germanique, Influence des Eglises Catholique et Protestante, Duchés et Comtés, Anciens droits seigneuriaux, etc… Dont même certain (exemple Mulhouse) étaient des républiques ....Bien avant 1789 !

Les langues parlées étaient souvent bien différentes (Français, Patois Lorrain, Allemand, Alémanique Alsacien, Welsch)

Et il faut se rappeler que la notion de nationalité n’existait pas à ces époques, celle-ci ayant été imaginé et créé par une des toutes premières lois de la Révolution (1789).

Géographiquement tout était compliqué : Eparpillement et parfois enclavement des différentes possessions.

Il suffit de regarder les cartes de la région de l’époque : Mosaïque de territoires enclavés les uns dans les autres, pour en comprendre les difficultés.

Carte1

Le Duché de Bar

Carte3

Les trois évêchés : Metz, Toul et Verdun

Carte2

Le Duché de Lorraine

 

1648 (première étape)

Tout d’abord le Traité de WESTPHALIE (1648), dont le Cardinal MAZARIN fut l'un des grands organisateurs, devait mettre fin à la Guerre de Trente ans, en confirmant le rattachement officiel au Royaume de France des Trois Evêchés : METZ, TOUL et VERDUN, ainsi que la BASSE-ALSACE (Aujourd’hui principalement le département du Bas-Rhin).

Mais dans ces territoires étaient très imbriqués une quantité d’autres possessions, dont les Duchés de BAR (Bar-Le-Duc) et de LORRAINE (Comprenant principalement NANCY, LUNEVILLE et une grande partie de l’actuel département des VOSGES).

Certaines de ces possessions dépendaient du Royaume de France, mais parfois dirigées par des princes étrangers, pour d'autres, les traités stipulaient qu'elles dépendaient du droit français, mais étaient territoires du Saint-Empire romain germanique …… ! Un vrai casse-tête.

 

Un seul exemple (parmi tant d’autres) de la difficulté de cette mise en application :

En 1648 suite au traité de WESTPHALIE, le comté de DABO refusa l’allégeance à Louis XIV…..Et la guerre repris pour 20 ans ! Mais après un long siège devant le château de DABO, qui constituait un obstacle au passage des troupes royales pour rejoindre STRASBOURG, celui-ci dut capituler le 13 mars 1677. Le château fut rasé en 1679 sur ordre de Louis XIV et de Louvois, son ministre de la Guerre.

Le traité de RYSWICK en 1697 rendit pourtant le comté aux LINANGE-DABO (dynastie germanique) malgré le fait qu’il fut toujours enclavé entre le duché de Lorraine toujours indépendant et la partie de l'ALSACE devenue française !.....

Pour terminer l’histoire de DABO : En 1801, Napoléon pour conclure définitivement rattacha DABO au département de la MEURTHE, et donna en échange et en compensation aux Comtes de LINANGE-DABO, un autre territoire en Bavière !

Episodes particulièrement compliqués !

1725 – 1766 : LES DUCHES DE BAR ET DE LORRAINE

En 1725, Louis XV épouse Marie LECZINSKA fille du Roi de Pologne Stanislas LECZINSKI.

En 1736, suite à des négociations difficiles, le roi déchu Stanislas, reçu en « viager » les duchés de BAR et de LORRAINE. « Attribution » dû sans doute à son statut de « Beau-Père du Roi de France Louis XV ».

Mais dès le début de son intronisation, Stanislas, homme débonnaire mais souverain fantoche, a abandonné la réalité du pouvoir à un intendant nommé par Louis XV. Avant de s’installer à NANCY, Il dut signer un accord pour déléguer le pouvoir administratif et financier de ses duchés au Royaume de France.

A la mort de Stanislas en 1766 (Louis XV étant toujours roi de France), conformément au traité, les deux duchés (BAR et LORRAINE) devinrent de droit des territoires français.

La ville de STRASBOURG associée à COLMAR, sera intégrée au royaume qu’en 1681, mais dans les faits gardera une large autonomie administrative, tout en perdant ses prérogatives militaires.

1766 - 1795

La création des départements avait déjà été envisagée et étudiée sous les royautés de Louis XV (à partir de 1665) et de Louis XVI. Mais c’est la Révolution Française qui décidera et mettra en œuvre ce nouveau découpage administratif, dont les limites n’ont guère changée à ce jour.

Un des tout derniers territoires « Lorrains » à être rattaché à la France, fut le comté de SARREWERDEN, en 1793 coincé dans le nord-Est.

De nombreux « petits «  territoires appartenant encore à la noblesse « allemande » seront petit à petit réintégré à la France, au cours de la période révolutionnaire, puis au début de la période « Napoléonienne »

Un cas particulier : La SARRE, arrondissement de SARRLOUIS (aujourd’hui en Allemagne) faisait partie du département de la Moselle en 1790, donc en France. A la chute de Napoléon, ce territoire fut « redonné » à l’empire Germanique. « Chahutée » suite aux différents conflits (Guerre de 70, puis celles de 14-18 et de 39-45 !, entre La France et l’Allemagne, le sort de la SARRE fut longtemps discutée….Et ce n’est qu’en 1956 ! qu’elle fut définitivement rattachée à la République Fédérale Allemande.

La SARRE aujourd’hui un Land de l’Allemagne, comporte un grand nombre de bilingues (Français et Allemand), le français s’apprend dès l’école maternelle, elle compte la plus grande proportion de professeurs de français dans son système scolaire, et entretient des relations étroites avec la Lorraine.

Toujours les racines historiques !

CAS PARTICULIER DE L’ALSACE DU SUD :

Le territoire de BELFORT (qui n’était pas encore un département) fut donné à MAZARIN par le roi Louis XIV en 1659. Suivant le jeu des héritages et des descendances, des conflits récurrents eurent lieu pendant une centaine d’année, les habitants refusant cette dépendance, et c’est seulement en 1791 que la région fut définitivement intégré à la République Française.

La République de Mulhouse » indépendante depuis 1347 a voté son rattachement à la nouvelle République Française, en 1798.

A la suite de tous ces rapprochements « diplomatiques ou guerriers », la situation restera calme jusqu’en 1870. Même après l’exil de Napoléon (1815) et la Restauration des Rois de France (1815 -1830), il ne sera pas procédé à de nouvelles modifications…..Malheureusement jusqu’à l’issue de la guerre Franco-Prussienne de 1870.