Blason de Portieux


 Portieux

 

 

 Carte Portieux

Géographie

Le village de Portieux occupe la rive droite de la Moselle en amont de Charmes et vis-à-vis de Vincey. La commune se double du hameau de Magnienville, 4 km à l'Est, devenu La Verrerie de Portieux. En fait la commune de Portieux est composé de: Portieux centre, Belval et La Verrerie de Portieux l'ensemble situé sur l'axe du ruisseau "Rochon" dit aussi "Mori" à la Verrerie. Altitude minimum-maximum : D’après la carte IGN, l’altitude minimum de 277 mètres est au confluent du ruisseau de l'Ermitage, et l’altitude maximum de 365 mètres au carrefour de la Verrerie, forêt de Fraize.




Histoire

Dénommée primitivement Portus Coelorum, la cité s'est développée autour d'un prieuré sis à Belval, fondé en 1107 par Gérard 1er de Vaudémont, où il fut inhumé avec son épouse selon son souhait. Par la suite, ses restes furent transféré à Nancy en 1718 par Dom Calmet (abbaye Saint-Léopold de Nancy).Le Prieuré de Belval en tant que tel fut supprimé par un décret du Pape Paul V le 29 décembre 1616, à cette époque la communauté des religieux quitte Belval pour l'(abbaye Saint-Léopold de Nancy).Il resta donc un prêtre pour desservir le pèlerinage de Saint Spinule et la paroisse de Portieux.

La seconde vie de Portieux s'est dessinée au début du XVIIIe siècle par la volonté du duc de Lorraine. C’est en 1705 que François Magnien (Maître d’Hôtel du Duc de Lorraine) obtient de Léopold 1er de Lorraine l’autorisation de créer une première verrerie à Portieux-village (actuellement rue Gustave Chardot). Comme Magnien est un favori du Prince, il demande et obtient de nouvelles concessions, de nouveaux arpents de terre et de bois pour développer son industrie. En 1710, il se rapproche de la forêt de Ternes au lieu, dit : « la fontaine de Viller », aujourd’hui « fontaine Jean Ruer » à 4 km de Portieux, sur la rive droite du Mori. Il y fabrique du verre à vitre, on appellera cette usine « verrerie des bois », par opposition à celle de Portieux, qui est installée au village et qui fabrique des gobelets. En 1714 le Duc de Lorraine demande à Magnien de créer une troisième verrerie, pour fabriquer des glaces à miroirs et de carrosses, ainsi que des carreaux pour vitrages en bois et en plomb. Il s’installe en face de la fontaine de Viller sur la rive gauche du Mori, c’est l’emplacement de la Verrerie actuelle. En 1718 on décide de fermer l’usine de Portieux-village et de la fontaine de Viller afin de regrouper l’ensemble sur la nouvelle usine. C’est autour d’elle que ce groupent les ouvriers, et ce centre industriel portera le nom de « Magnienville » du nom de son fondateur. Magnien obtient le titre de seigneur de Magnienville. De la nuit du 4 août 1789, qui abolissait les privilèges accordés aux nobles, La Verrerie de Magnienville allait subir les répercussions, et perdre tous les avantages accordés jadis gratuitement par la cour de lorraine, Le domaine de Magnienville devenait « bien national », et en 1796, il était acheté par les mêmes directeurs qui l’exploitaient auparavant : MM. Lamy et Bour, les mêmes qui achèteront aussi le monastère de Belval (situé sur la commune de Portieux, entre Portieux village et La Verrerie).

L'entreprise acquit rapidement une renommée dans toute l'Europe.

Portieux a eu sept fusillés pendant la Seconde Guerre mondiale.